Paysages

Paysage et Charte paysagère

Mais au fait, c’est quoi le paysage ?

Ou plutôt le paysage, ce n’est pas quoi… ?
Le paysage n’est pas le territoire ! Le paysage est l’image d’un territoire, de cet espace interprété selon des filtres qui peuvent être différents d’une personne à l’autre : histoire personnelle, pratique du territoire, attachement, culture de l’individu… Ainsi, le paysage est très souvent associé à un jugement de valeur (beau paysage) et en définitive, il arrive plus souvent que l’on parle de paysage que de territoire.

Ce qu’il est nécessaire de comprendre, c’est que les différents aménagements de l’espace (à toutes les échelles) résultent de cette appréciation de l’espace par une personne, un groupe de personnes ou une société toute entière.

Ainsi, le paysage souffre de son caractère subjectif et a du mal à s’imposer en tant que discipline à part entière pour définir le projet d’un territoire.
Il est fréquemment confondu avec le territoire objectif et les études paysagères se résument bien souvent à une étude chiffrée du territoire : pourcentage de terres agricoles, évolution démographique (etc) ou parfois à une étude naturaliste.

Pourtant il arrive souvent que le jugement de plusieurs personnes ou groupes de personnes sur un même espace converge :
-  soit parce que plusieurs intérêts vont dans le même sens : les habitants veulent conserver un espace dégagé autour de chez eux, les naturalistes ont mis en évidence la présence d’un milieu ouvert rare, les agriculteurs entretiennent cet espace ouvert,
-  soit parce qu’un des intérêts présents sur cet espace dépasse tous les autres (par exemple : le maintien d’un espace naturel rare). L’idée est alors de mettre en évidence en quoi cet intérêt peut satisfaire l’ensemble des utilisateurs de cet espace.

Le travail d’un paysagiste est donc, à partir d’un projet initial sur un espace, d’identifier les visions de différents acteurs sur cet espace et de définir un projet, de préférence en concertation avec ces acteurs, qui prenne en compte l’ensemble des visions, attentes, intérêts...

La définition de la stratégie sur les paysages du Parc relancée

La définition d’une stratégie pour protéger certains paysages emblématiques et accompagner l’évolution d’autres paysages plutôt « du quotidien » apparaît comme un objectif de la Charte du Parc de 2004 et fait de manière plus générale partie des sujets incontournables dont les PNR doivent s’emparer.

La mise en place de 7 chartes paysagères sur le territoire Parc à raison de 1 par entités paysagères était initialement le moyen choisi pour atteindre cet objectif.
Dans ce but 2 chartes ont été élaborées par des bureaux d’études indépendants sur les entités des « Sources » et de « La Courtine et son plateau creusois ».

Qu’est-ce qu’une charte paysagère ??

Une charte paysagère est un document qui, grâce à un diagnostic des paysages du territoire met en évidence les grands enjeux pour les paysages de demain et définit une série d’actions à mettre en place, pour protéger, valoriser les paysages, et accompagner leur évolution.

Elle se décompose en trois phases :

Diagnostic ==> Orientations ==> Plan d’actions

Le diagnostic est une phase cruciale de l’élaboration d’une charte paysagère et en constitue donc la phase la plus longue. Son élaboration est détaillée dans la rubrique « Le diagnostic de la charte paysagère ».

Les orientations découleront directement des enjeux et des problématiques identifiées dans le diagnostic. Enfin les orientations seront déclinées en actions.

Exemple :

Problématique identifiée dans le diagnostic : L’abandon des terres agricoles provoque une fermeture de l’espace très importante sur certains secteurs (friche).

Orientation : Favoriser des continuités agricoles qui valorisent le paysage.

Actions : Déterminer les secteurs à réouvrir en priorité, et mettre en place des procédures adaptées de réinvestissement durable de l’espace en friche.

Les chartes paysagères deviennent la charte paysagère

Lors du premier comité technique de la mission « chartes paysagères » réunissant la Région et l’Etat, il a été décidé que la mission ne porterait plus sur les 5 entités paysagères restantes, mais bien sur l’ensemble du territoire Parc afin de donner une cohérence au document produit qui devient donc une et une seule charte paysagère.

Les deux chartes paysagères déjà réalisées ainsi que tous les documents existants traitant du paysage du territoire ne sont pour autant pas mis de côté, ils serviront de base à la réalisation de la charte paysagère du Parc.