Pourquoi vouloir développer et structurer une filière locale de sarrasin ?

L’activité agricole est essentielle pour le territoire du Parc. Elle représente 11% des actifs en 2011 et reste largement supérieure aux moyennes régionales (6%) et nationale (3.1 %). Les enjeux d’avenir concernent le maintien et l’installation d’actifs agricoles, la diversification des productions pour répondre aux besoins alimentaires des habitants mais aussi la transformation des productions, localement, afin de générer plus-value et richesse économique.
Le blé noir est une ressource locale qui présente un grand intérêt et des atouts forts, pour répondre à ces enjeux :

  • Le sarrasin fait partie du patrimoine culturel et agronomique régional. Parfaitement adaptée aux conditions pédo climatiques du territoire, il est porteur d’une identité qui s’ancre dans une économie paysanne ancienne. C’est notamment un ingrédient majeur de quelques mets spécifiquement limousins : les galetous ou tourtous. Aujourd’hui les formes sous lesquelles il est consommé se sont diversifiées, notamment à cause des allergies au gluten et hormis la farine, de nombreux autres produits à base de sarrasin peuvent être envisagés.
  • La culture du sarrasin a des propriétés agronomiques intéressantes. C’est une culture adaptée aux terres pauvres et acides et sa croissance très rapide, lorsque la culture est semée sur un sol meuble et réchauffé, lui permet de dominer rapidement et d’étouffer les adventices concurrentiels. Elle permet par exemple, en tête d’assolement de remettre en culture une prairie ou une friche. Elle constitue un bon précédent pour d’autres céréales car peu consommatrice d’azote elle n’appauvrit pas le sol. En inter-culture, elle constitue un excellent engrais vert. Son caractère étouffant, son cycle court facilement intégrable dans une rotation et sa production importante de matière lui confèrent de bonnes propriétés d’engrais vert.
  • La culture du sarrasin participe au maintien de la biodiversité grâce à ses propriétés mellifères. La fécondation des fleurs de sarrasin argenté se fait grâce à des agents extérieurs à la plante, notamment des abeilles. Le développement des cultures de sarrasin dont la floraison est tardive constitue une ressource de nectar et de pollen pour les abeilles tard en saison et permettrait la production d’un miel assez réputé, notamment pour la fabrication de pain d’épices.
    La France est déficitaire en sarrasin et importe une grande partie de sa consommation. Il y a notamment un déficit sur le marché du sarrasin bio que les transformateurs ont du mal à se procurer. Il y donc un potentiel en terme de débouchés pour le sarrasin produit sur la Montagne limousine.